Déceler la transphobie - contenu vidéo

JusticeTrans a récemment lancé sa toute dernière recherche:

Comprendre et combattre le mouvement anti-trans au «Canada» : un guide pour les communautés trans et nos allié.es..

Dans cette série de vidéos, Roxane Nadeau et Kama La Mackerel présentent les principales conclusions de notre recherche.

 

Téléchargez cette recherche pour en savoir plus!

Les mouvements anti-trans - Par Roxane

Est-ce que la haine est le seul danger qui guette les personnes trans au Canada? Même pas.

Je m’appelle Roxane Nadeau et aujourd’hui je vais vous partager les résultats de la recherche de JusticeTrans sur le mouvement anti-trans au Canada. Mais tout d’abord, un avertissement de contenu. [Avertissement: transphobie]

Le mouvement anti-trans au Canada pourrait quasiment s’appeler «les mouvements anti-trans», parce que c’est une coalition de pleins de groupes qu’on ne croirait parfois jamais voir travailler ensemble. Des Terfs, des groupes religieux, des politiciens néolibéraux, de droite, d’extrême droite, de droite alternative. Tout ce beau monde-là réussit à fonctionner ensemble en trouvant un ennemi commun. Ou plutôt un bouc émissaire. Et le pire, c’est que c’est même pas nécessairement une question de haine! La haine, c’est un terme vague qui se limite souvent aux crimes haineux. Tandis que les mouvements anti-trans veulent aussi changer la perception de ce qui est acceptable ou légal.

Après tout, qui a besoin de commettre un crime, quand l’intolérance fait loi?

Qu'est-ce que les mouvements anti-trans disent? - par Roxane

Y’a-tu vraiment des gens qui se lèvent le matin, pis qui décident de détester les personnes trans?

C’est plus compliqué que ça! Ou en tout cas, quand on porte attention aux mouvements anti-trans au Canada. Les différentes personnes qui se donnent toutes sortes de raisons pour justifier leurs actions. Ils pensent que les personnes trans sont contre nature, moins qu’humaines, menteuses, cringe ou que ça tourne pas rond dans leur tête.

Mais la grosse galette de m*** dans le sandwich des discours antitrans, c’est l’accusation à tort qu’être une personne trans, c’est nécessairement d’être un prédateur sexuel dangereux. Et ça c’est un propos qui nuit particulièrement aux personnes transféminines comme les femmes trans, même si ça éclabousse aussi d’autres gens, comme les artistes de la drague.

Et d’ailleurs, les enfants, pour le mouvement anti-trans, ce n’est pas un trésor à protéger. C’est un boulet de canon à utiliser contre leurs adversaires. Sous prétexte d’empêcher l’endoctrinement des enfants par les personnes trans, le mouvement anti-trans force un accès aux écoles, aux activités parascolaires, et réussit à davantage causer de marginalisation. Mais les personnes trans sont aussi des enfants, des parents, des athlètes, des profs. Même si des gens essaient d’en faire un groupe qu’on pourrait facilement séparer du reste de la société.

Les conséquences - par Roxane

Qu’est-ce qui resterait de cette journée, sans les mouvements anti-trans?

Qu’est-ce que je penserais de toi, de nous, si je n’avais pas cette peur, cette hypervigilance. Est-ce qu’on serait des meilleurs collègues, voisins, des amis plus près sans les dangers des préjugés?

Le mouvement anti-trans suscite beaucoup de peurs dans les communautés trans. Comme le fait d’être renvoyé.e de son emploi à cause de salissage en ligne, de perdre la garde de ses enfants pour aussi peu qu’avoir fait une transition de genre, ou de ne plus jouir de la vie privée à cause du doxxing.

Et quand en plus d’être trans on vit aussi de la marginalisation reliée à un autre aspect de son identité comme la race ou les capacités physiques, et bien les effets ne font pas juste s’additionner. Ils gagnent en gravité. Et les liens entre plusieurs communautés sportives, religieuses, locales, faiblit parce que certaines personnes sont pointées à tort comme un problème à régler.

Les personnes trans font quand même preuve d’une énorme résilience par rapport aux attaques antitrans. Les organismes montent au front, les membres partagent des revendications, et les alliés répondent aux appels à l’aide.

Contrer la désinformation - par Kama

Le mouvement anti-trans propage de la désinfo à notre sujet. Que doit-on faire?

Défendre ses droits et contrer les plaintes qui sont déposées contre nous. Éduquer. Éduquer massivement, par exemple en donnant une conférence dans ton université, ton cégep ou ton centre communautaire ou encore en réfutant la désinfo auprès de tes ami.es et des membres de ta famille dans un contexte plus intime.

Si possible, donnez des entrevues aux médias ou écrivez des lettres ouvertes.

Partagez votre histoire à partir de votre vécu. Et réfutez la désinfo que le mouvement anti-trans propage à notre sujet.

La sécurité - par Kama

Nous savons toustes que l'une des tactiques du mouvement anti-trans est le cyberharcèlement et le doxxing.

Encouragez donc les mesures pour vous protéger et protéger les autres, en particulier lorsque cela touche à votre vie privée en ligne. Si vous vous trouvez dans une situation où l'on vous fait du mal, retirez-vous de cette situation.

Si vous êtes à une manif, assurez-vous d'avoir un.e camarade ou identifiez les équipes de soutien auxquelles vous pouvez vous adresser. Prenez soin de vous-mêmes et de votre communauté. Ça peut inclure pas mal de choses: prendre des pauses, vous affirmer et aider les autres à s'affirmer. Tracez vos limites lorsque c'est nécessaire.

Cherchez l'appui des gens sur qui vous pouvez compter en cas de besoin. Cherchez le soutien d'ami.es, de proches, même de professionnel.les de la santé mentale et consacrez de l'espace à votre cheminement émotionnel.

Comment répondre au mouvement anti-trans - par Kama

Signez des lettres ouvertes et des pétitions. Montrez que nous ne sommes pas seul.es et qu'il y a un effort collectif exigeant la fin de la haine.

Trouvez nos allié.es parmi la classe politique et demandez-leur de défier toute posture politique anti-trans même lorsque ça implique de s'opposer aux lignes du parti. Demandez-leur de représenter nos intérêts.

Exigez que les organisations qui défendent l'égalité des genres maintiennent ou élargissent leurs services aux personnes trans. Mettez à jour ou passez en revue les politiques dans les organisations, les écoles, le secteur privé, ou au niveau gouvernemental.

N'ayez pas peur de vous engager politiquement de manière plus explicite.